.comment-link {margin-left:.6em;}

Le caillou dans la chaussure

29 novembre 2008

L'arnaque Tarnac

Messieurs les donneurs de leçon, cessez de justifer l'injustifiable et de défendre l'indéfendable.
J'avais jusque-là pris la peine de me tenir à distance et de ne point intervenir dans l'affaire des « neuf de Tarnac », mais le tollé soulevé par l'efficacité des pouvoirs publics, partout sur l'interchienlit[1] et jusque dans les colonnes du vénérable quotidien de référence, m'oblige à abandonner ma réserve. Passe encore lorsque d'infâmes crypto-gauchistes (dont les liens avec les arnacho-autonomes ne sont plus à démontrer) interpellent le gouvernement sur des blogs à l'audience condentielle mais il n'est plus possible de rester sans réaction à la suite de la publication dans un journal de premier ordre de cette tribune signée par plus de trente personnes.
Voici en effet des gens, dangereux droits-de-l'hommistes, qui se perchent sur leurs facultés intellectuelles pour mieux se permettre de remettre en cause le travail brillamment effectué par la police et la justice dans cette affaire. Car enfin, nous avons quand même là un groupe de jeunes gens qui n'hésitent pas, pour tenter de déstabiliser l'Etat, par ailleurs confronté à d'abyssales difficultés économiques, à s'installer au fin fond de la France profonde, dans une ferme, pour, comble de l'archaïsme, y faire pousser des légumes.
Et comme par hasard, à la suite d'un week-end tragique pour les gens ponctuels marqué par de multiples attentats terroristes, contre ce fleuron et emblême de la technologie de pointe française qu'est la SNCF, qui auront provoqué d'innombrables retards et perturbations sur le réseau ferré, on découvre chez eux... je vous le donne en mille... des horaires de trains et une échelle !
Alors, à ceux qui voient des innocents partout sous prétexte qu'ils étaient attentivement observés depuis de nombreux mois par les policiers de la DCRI et que cette surveillance n'a permis d'établir aucun lien entre les interpelés et les actes de sabotage, je veux dire qu'il est plus que temps de cesser de se voiler la face[2]. Ce n'est pas parce qu'aucune preuve matérielle de leur culpabilité n'a été trouvée, que leur ADN n'a pas été relevé sur le lieu des attentats, qu'ils ne disposaient pas chez eux du matériel ni des outils permettant de fabriquer les fameux crochets, ce n'est pas non plus parce que poser ces crochets sur des lignes à haute tension sans couper le courant relève du prodige, et enfin ce n'est pas parce qu'ils se murent dans le plus suspicieux des silences qu'ils sont innocents. Bien au contraire !
Ni la police, ni la justice, ni notre brillante ministre de l'intérieur, ne sont laissées abuser par la fourberie de ces terroristes, aussi futés soient-ils[3].
Je me permets de souligner que ces jeunes lisent des livres, dont certains parlent d'insurrection, qu'ils sont allés se terrer dans le trou du cul du monde[4], qu'ils ont repris l'épicerie du village sans même emprunter auprès des banques, qu'ils veulent cultiver du bio, qu'ils abusent la confiance des vieux de leur village pour tenter de paraître plus honnêtes, et même qu'ils rêvent d'un monde meilleur[5] !
Et maintenant, messieurs les bien-pensants, on s'indigne, on rédige des tribune, on signe des pétitions de soutien, et on s'offusque qu'ils soient passibles de 20 ans de prison. Tout cela sous le fallacieux prétexte que dans cette affaire il n'y a aucune violence d'aucune sorte, ni aucun risque pour la vie ni pour la santé de qui que ce soit. Mais ces jeunes gens, comme tous ceux qui prennent, assez lamentablement, leur parti, feraient bien de se réjouir que tout ceci ait lieu en France où ils auront droit à un très équitable procès, avec, de surcroit, un avocat pour assurer leur défense. C'est pas à Guantanamo qu'on verrait ça. Heureusement, l'excellente loi LSQ, mise en oeuvre par le gouvernement Jospin il y a quelques années, va enfin donner la pleine mesure de son utilité en permettant l'internement de ces ennemis du peuple. Ils ne recommenceront pas de sitôt.
Alors certes, d'autres trains, d'autres fois, seront en retard. On peut même avancer que d'autres caténaires seront endommagées ou que d'autres incidents[6] auront lieu plus ou moins régulièrement, mais il n'en reste pas moins indispensable que les honnêtes gens qui vivent cordialement entassés dans les villes, n'adressent jamais la parole à leurs voisins, s'abrutissent tous les jours dans leur travail pour tenter de survivre, consomment leur paye le samedi[7] dans les centres commerciaux, regardent docilement TF1 ou M6 tous les soirs, et surtout s'abstiennent de lire des livres, il est indispensable que ces honnêtes gens soient protégées et n'aient plus besoin d'avoir peur.
Sauf lorsqu'on le leur demande gentiment...


Notes
[1] La chienlit sur internet.
[2] Ce n'est quand mêm pas pour rien si on a fait une loi pour interdire le port du voile.
[3] Les terrrosites ! Pas les flics, ni les magistrats...
[4] Tout comme leurs alter-egos d'Al Qaida dans les grottes d'Afghanistan.
[5] On a beau se creuser les méninges, on se demande bien pouquoi ils ne se contentent pas de profiter de notre époque tellement formidable.
[6] La SNCF fait état de 400 incidents de caténaires par an en moyenne.
[7] Et bientôt le dimanche.

3 commentaires :

  • La pluie t'a affuté l'humour..
    Du coup, grâce à toi, j'ai suivi un peu cette affaire, vu la signature du singulier Miguel Benasayag, oublié le crépitement rageur au dehors.

    Par Blogger Sabine29/11/08 17:15  

  • Parfois (souvent ?) le meilleur angle pour un billet politique est encore l'humour. Mais j'ai beaucoup de peines pour ces gens et leurs familles.

    Par Blogger sol29/11/08 19:24  

  • Ronges-tu ton frein ? Sensible à ces situations injustes, les mots sont ton arme d'interpellation. Efficace..

    Par Blogger Sabine30/11/08 11:01  

Enregistrer un commentaire

Rétroliens :

Créer un lien

<< Home